Laboratoire de la mobilité en Suisse: le saviez-vous?

Baloise Asset Management
6 octobre 2021
De l’électromobilité aux robots-taxis autonomes en passant par le boom du sport: qu’est-ce qui fait bouger la Suisse?

La Suisse en mouvement

Mobilité électrique, mobilité intelligente et boom du sport

65948849_l

La mobilité constitue et demeure un facteur important de l’économie suisse – dans la circulation des personnes comme des biens – selon l’étude «L’avenir de la mobilité en Suisse» réalisée par McKinsey & Company. Dans ce cadre, une enquête en ligne représentative a été menée à l’automne 2020 auprès de 1’000 particuliers de Suisse romande et alémanique, ainsi que de 40 entreprises de différents secteurs et régions du pays. Un des principaux enseignements est la forte acceptation des véhicules électriques. Ainsi, un tiers des Suisses interrogés (32 %) envisagent d’acquérir une voiture 100 % électrique. Toujours selon l’étude, les entreprises interrogées ont une attitude particulièrement positive sur ce point et sont même prêtes à accepter des coûts plus élevés pour électrifier leur flotte. Toutefois, l’obstacle cité comme étant le plus important à une mise en oeuvre rapide est l’insuffisance de l’autonomie des véhicules ou le manque d’infrastructures de recharge.

La tendance de la micromobilité, par exemple le partage de vélos ou de scooters électriques, trouve un écho favorable auprès de la population suisse: plus de 40 % des sondés ont recours à ce genre d’offres. La plupart des entreprises jugent la tendance comme étant positive, mais ne voient qu’un «faible avantage économique», par exemple concernant les drones de livraison.

Voitures autonomes: entre scepticisme et curiosité

120948401_l

Concernant la conduite sans conducteur, la moitié des Suisses interrogés sont sceptiques. 70 % ont même des doutes quant à la sécurité des voitures autonomes. En parallèle, 60 % des Suisses se montrent ouverts et s’attendent à ce que les robots-taxis autonomes puissent demain remplacer ou tout du moins compléter les transports en commun de proximité. Selon l’étude, les attentes vis-à-vis des voitures autonomes varient fortement selon le secteur. Ainsi, celles de l’industrie de la construction et du transport (40 %) tablent sur des «effets légèrement positifs» sur leur rentabilité. Si, à l’avenir, il est possible d’économiser du personnel de conduite sur certaines parties du trajet, cela pourrait accroître l’efficacité.

Mobilité intelligente

Mobilité intelligente: la Suisse teste la mobilité de demain

mobility

La mobilité de demain est déjà en train d’être testée dans près de 70 projets de mobilité intelligente dans toute la Suisse. Les nouvelles approches visent une mobilité et une logistique plus propres et efficientes, et misent sur les concepts de partage et d’intermodalité. Un exemple de cela est Bicar – un service de mobilité urbaine partagée proposant un scooter électrique à trois roues et à énergie solaire, créé par un spin-off de la Haute école des sciences appliquées de Zurich (ZHAW). La mobilité du futur est également au centre du contrôle des feux de circulation assisté par intelligence artificielle, ou du projet pilote MyShuttle. Et dans la ville de Zoug, un minibus autonome est à l’essai.

Espérance de vie

Les Suisses ont une espérance de vie parmi les plus élevées au monde

À pied ou sur deux ou quatre roues, le constat reste valable: les Suisses aiment beaucoup se déplacer. C’est également la conclusion d’une étude de l’Office fédéral du sport, qui a interrogé plus de 12’000 personnes à partir de 15 ans. La Suisse connaît donc un «boom du sport» et compte parmi les pays les plus actifs d’Europe, avec la Suède, le Danemark et la Finlande. Toujours selon cette étude, la population suisse est devenue nettement plus sportive ces six dernières années. Le roi incontesté des sports est la randonnée, suivie de près par le cyclisme, la natation, le ski et la course à pied. Vu leur niveau élevé d’activité physique, rien d’étonnant à ce que les Suisses affichent une espérance de vie parmi les plus élevées au monde, comme l’a constaté l’Office fédéral de la statistique.